Le péché – ce que c'est et ce que ce n'est pas

Qu'est-ce que le péché :

Les définitions courantes sont :

  • Manque la marque.
  • Un acte immoral considéré comme une transgression contre la loi divine.
  • Une parole, un acte ou un désir en opposition à la loi éternelle de Dieu.

C'est aussi une question de conscience, car nous devons comprendre le « péché » pour en être reconnu coupable.

« Car lorsque les Gentils, qui n'ont pas la loi, font par nature les choses contenues dans la loi, ceux-ci, n'ayant pas la loi, sont une loi pour eux-mêmes : qui montrent l'œuvre de la loi écrite dans leur cœur, leur conscience aussi témoigner, et leurs pensées le moyen en s'accusant ou bien en s'excusant ; Au jour où Dieu jugera les secrets des hommes par Jésus-Christ selon mon évangile. ~ Romains 2:14-16

L'objectif de l'évangile est de nous présenter personnellement à Jésus-Christ afin que nous puissions être pardonnés de nos péchés passés et nous permettre de marcher dans une nouvelle vie. Une vie sans avoir à commettre plus de péché.

C'est pourquoi Jésus a dit à la femme qui a été prise dans le péché d'adultère : « Je ne te condamne pas non plus : va et ne pèche plus. ~ Jean 8:11

Mais certains essaieraient de faire d'éviter le péché un objectif impossible. Ils le font en redéfinissant ce qu'est le péché. Ils prétendent qu'une tentation de pécher : c'est le péché. Ou qu'une erreur : c'est le péché. Mais que nous enseigne la Bible sur ces choses ?

Dès le début, le péché n'était pas une erreur ni une tentation. Dans le jardin d'Eden, Adam et Ève ont été clairement avertis de ce qu'était pour eux le péché (manger de l'arbre de la connaissance du bien et du mal) et de sa conséquence : la mort.

« Et le Seigneur Dieu ordonna à l'homme, disant : De tout arbre du jardin, tu peux manger librement ; mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas ; car le jour où tu en mangeras mourra sûrement. ~ Genèse 2:16-17

Ainsi, lorsqu'ils ont agi contre ce commandement très clairement compris, ils ont péché.

« Or, le serpent était plus subtil que n'importe quelle bête des champs que le Seigneur Dieu avait faite. Et il dit à la femme : Oui, Dieu a-t-il dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? Et la femme dit au serpent : Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin : Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas, et vous ne vous le touchez, de peur de mourir. Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez certainement pas : » ~ Genèse 3:1-4

La tentation du serpent n'était pas un péché. Mais leur action intentionnelle était un péché. Ce n'était pas une erreur. Ils ont parfaitement compris qu'ils allaient à l'encontre du commandement de Dieu.

« Et quand la femme vit que l'arbre était bon à manger, et qu'il était agréable aux yeux, et un arbre à désirer pour rendre sage, elle en prit du fruit, et en mangea, et lui donna aussi mari avec elle; et il a mangé. ~ Genèse 3:6

Jacques a clairement identifié pour nous quand le péché a lieu.

« Heureux l'homme qui endure la tentation : car lorsqu'il sera éprouvé, il recevra la couronne de vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne ne dise quand il est tenté, je suis tenté par Dieu, car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente aucun homme ; Alors, quand la convoitise a conçu, elle enfante le péché, et le péché, quand il est accompli, enfante la mort. Ne vous trompez pas, mes frères bien-aimés. ~ Jacques 1:12-16

Ainsi Jacques nous montre clairement que « supporter la tentation » et être éprouvé par la tentation peut être une bénédiction. Parce que nous ne cédons pas à la tentation : faire le mal.

Et il nous montre comment nous sommes tentés. Quand une personne «est détournée de sa propre convoitise et séduite». Mais il va plus loin en montrant que le péché n'arrive que lorsque « la convoitise a conçu ». La conception dans le monde physique se produit lorsque l'ovule est fécondé. Le péché se produit lorsque la tentation pénètre dans le désir du cœur, et la personne de son cœur agit sur la tentation, pour le faire. « Alors quand la convoitise a conçu, elle enfante le péché ; et le péché, quand il est accompli, enfante la mort. »

Le péché est la mort spirituelle, car il nous sépare de Dieu, notre source spirituelle de vie.

Quel péché n'est pas :

Le péché n'est pas une erreur

Quelque chose peut être « légalement défini » comme un péché. Mais si cela a été fait par erreur, sans savoir que c'était un péché, ce n'est pas un péché qui sépare cette personne de Dieu. Parce que le but « de pécher » n'est jamais entré dans les désirs du cœur de l'individu.

De plus, quelque chose fait sans préméditation, en réaction soudaine à un événement extérieur, n'est pas un péché.

Un exemple courant de ceci est : avant le salut, un pécheur peut prendre de nombreuses habitudes « réactionnaires ». Des choses qu'ils font sans même y penser. Par exemple : l'habitude de jurer chaque fois que quelque chose ne va pas. Beaucoup forment cette habitude au fil des ans. Ensuite, ils sont sauvés (ils demandent à Jésus de leur pardonner ce sont des péchés). Puis plus tard, quelque chose de mauvais se produit soudainement, et par habitude, sans pensée ni intention de «pécher», ils laissent échapper un gros mot. Bien que techniquement, ce soit une «mauvaise» chose à faire, cela n'a pas été fait intentionnellement, mais par habitude réactionnaire. Une habitude qu'ils doivent maintenant commencer à travailler pour changer.

L'apôtre Jean était très conscient de ce type de situation, alors il en a parlé.

« Si quelqu'un voit son frère pécher un péché qui n'est pas jusqu'à la mort, il demandera, et il lui donnera la vie pour ceux qui ne pèchent pas jusqu'à la mort. Il y a un péché jusqu'à la mort : je ne dis pas qu'il priera pour cela. Toute injustice est péché : et il n'y a pas de péché jusqu'à la mort. Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas ; mais celui qui est engendré de Dieu se garde lui-même, et le méchant ne le touche pas. Et nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans la méchanceté. » ~ 1 Jean 5:16-19

Donc, techniquement, il y a des actions qui sont définies comme péché, mais pour celui qui le fait par erreur ou par habitude réactionnaire, cela ne les sépare pas de Dieu spirituellement. Ce n'est pas un "péché à mort". Un autre chrétien peut prier pour la grâce pour le « péché qui n'entraîne pas la mort ». Mais quand quelqu'un pèche volontairement contre Dieu, cela entraîne la mort spirituelle, tout comme cela a été le cas pour Adam et Eve. Un autre chrétien ne peut que prier pour que cet individu se repente. La prière d'un chrétien ne peut pas apporter une exception de grâce pour le pécheur volontaire. Dans ce cas, c'est le pécheur qui doit sincèrement vouloir le pardon, prier pour le pardon et cesser de pécher. C'est pourquoi Jean a déclaré pour un péché volontaire « Il y a un péché jusqu'à la mort : je ne dis pas qu'il (un autre chrétien) priera pour cela. »

« Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez pas. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste : Et il est la propitiation pour nos péchés : et pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour les péchés du monde entier. Et par la présente, nous savons que nous le connaissons, si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : Je le connais et ne garde pas ses commandements est un menteur, et la vérité n'est pas en lui. Mais celui qui garde sa parole, c'est en lui que l'amour de Dieu est vraiment parfait : par la présente, nous savons que nous sommes en lui. ~ 1 Jean 2:1-5

Le contexte du pardon est immédiatement suivi dans le but de ne plus pécher.

Laisser un commentaire

fr_FRFrançais