Exigences pour un ministre de l'Evangile

Le mot biblique « ministre » signifie servir humblement les autres avec votre vie. C'est notre Seigneur qui a précisé cette définition.

« Vous n'êtes pas non plus appelés maîtres, car un seul est votre maître, le Christ. Mais celui qui est le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Et quiconque s'élèvera sera abaissé ; et celui qui s'humiliera sera élevé. ~ Matthieu 23:10-12

« Mais Jésus les appela et dit : Vous savez que les princes des nations exercent leur domination sur eux, et que les grands exercent leur autorité sur eux. Mais il n'en sera pas ainsi parmi vous ; mais quiconque sera grand parmi vous, qu'il soit votre ministre ; Et quiconque sera votre chef parmi vous, qu'il soit votre serviteur : De même que le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs. ~ Matthieu 20:25-28

Par exemple de lui-même, Jésus a dit qu'un ministre est celui qui sert les autres et donne sa vie pour sauver les autres. Alors comprenons clairement le but d'un ministre, avant de commencer à parler des exigences pour être ministre.

La Bible identifie de nombreux dons ministériels et différentes fonctions. Un ministre en particulier peut avoir un bureau, mais il ne faut jamais s'attendre à ce qu'il ait tous les dons.

« Maintenant, vous êtes le corps de Christ, et ses membres en particulier. Et Dieu en a mis dans l'église, d'abord des apôtres, ensuite des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de guérisons, d'aides, de gouvernements, des diversités de langues. Tous sont-ils apôtres ? sont tous des prophètes ? sont tous des enseignants ? sont tous des faiseurs de miracles ? Avez-vous tous les dons de guérison? parlent-ils tous en langues ? interprètent-ils tous ? Mais convoitez avec ferveur les meilleurs cadeaux : et pourtant je vous montre une voie plus excellente. ~ 1 Corinthiens 12:27-31

Remarque : La « voie la plus excellente » qui était meilleure que n'importe quel office ou cadeau : est la voie de l'amour sacrificiel divin ! Par conséquent, dans le chapitre suivant, chapitre 13 de 1 Corinthiens, l'apôtre Paul détaille « la voie de l'amour sacrificiel ».

Dieu choisit des ministres particuliers pour certaines responsabilités/offices dans l'église. Et il choisit aussi à qui il offrira chaque cadeau. L'office et le don sont donnés séparément selon le choix de Dieu, de sorte que ceux qui détiennent un office ne sont pas uniformément doués. Cela crée un corps d'église qui dépend humblement les uns des autres et aide à empêcher l'un de s'élever au-dessus de l'autre.

« Et il en a donné, apôtres ; et certains, des prophètes ; et certains, évangélistes ; et certains, pasteurs et enseignants ; Pour le perfectionnement des saints, pour l'œuvre du ministère, pour l'édification du corps de Christ : » ~ Éphésiens 4:11-12

Surveillants : pasteur, évêque, enseignant

Définissons d'abord quelques termes bibliques.

Pasteur, ancien, surveillant et évêque sont des termes bibliques courants pour celui qui est chargé de superviser une œuvre. De plus, les termes ancien et ministre sont plus généralement utilisés pour décrire la même chose. Mais notez que cette fonction de « pasteur » a été répertoriée après : apôtres, prophètes et évangélistes, et que les termes ancien et ministre sont également utilisés pour décrire : apôtres, prophètes et évangélistes.

Ancien – Dans le christianisme, un ancien est une personne appréciée pour sa sagesse et qui occupe un poste de responsabilité et d'autorité. Les anciens sont mentionnés dans un certain nombre de passages du Nouveau Testament. Des individus tels que Jacques ont joué un rôle important dans l'église de Jérusalem et le Concile de Jérusalem. En référence aux églises d'Antioche, de Pisidie, d'Iconium, de Lystre et de Derbe : Paul nomme les anciens comme une étape clé dans l'organisation d'un nouveau corps local de l'église et instruit également d'autres surveillants : Timothée et Tite, en nommant eux-mêmes d'autres anciens.

Remarque : à travers l'histoire, le terme « évêque » a été particulièrement utilisé par un ministère corrompu comme une position de pouvoir et d'abus. Par conséquent, pour certains, le mot évêque est devenu un terme qu'ils ont choisi d'éviter. Mais c'est quand même un terme biblique. Et le bureau n'a jamais été destiné à être abusé.

La définition biblique de Thayer de l'évêque :

  • un surveillant
  • un homme chargé du devoir de veiller à ce que les choses à faire par les autres soient faites correctement, tout curateur, tuteur ou surintendant
  • le surintendant, l'ancien ou le surveillant d'une église chrétienne

Dans Actes 20, nous trouvons Paul donnant une dernière exhortation à tous les anciens d'Éphèse. Son souci était qu'ils ne négligeaient pas ou n'abusaient pas de leur fonction et de leur responsabilité devant Dieu et les gens qu'ils servaient. Paul était fidèle à leur déclarer les enseignements complets de l'évangile, qui, soit dit en passant, est aussi la responsabilité d'un pasteur.

« C'est pourquoi je vous prends pour enregistrer ce jour, que je suis pur du sang de tous les hommes. Car je n'ai pas hésité à vous annoncer tout le conseil de Dieu. Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église de Dieu, qu'il s'est acquise par son propre sang. Car je sais ceci, qu'après mon départ des loups cruels entreront parmi vous, n'épargnant pas le troupeau. Aussi de vous-mêmes se lèveront des hommes, disant des choses perverses, pour entraîner des disciples après eux. Veillez donc et souvenez-vous qu'en l'espace de trois ans, je n'ai cessé d'avertir tout le monde nuit et jour avec des larmes. ~ Actes 20:26-31

Remarque : l'apôtre Paul déclare explicitement que c'est le Saint-Esprit qui les a placés dans cette grande responsabilité ministérielle. Par conséquent, ils devaient d'abord être qualifiés par le Saint-Esprit pour avoir jamais rempli la fonction d'ancien.

Paul nous donne en outre des éclaircissements sur les exigences de ce ministère de surveillance dans son épître à Timothée.

« C'est un dicton vrai : Si un homme désire la charge d'évêque, il désire une bonne œuvre. Un évêque doit donc être irréprochable, le mari d'une seule femme, vigilant, sobre, de bonne conduite, donné à l'hospitalité, apte à enseigner ; Pas adonné au vin, pas d'attaquant, pas avide de sale lucre ; mais patient, pas bagarreur, pas cupide ; Celui qui gouverne bien sa propre maison, ayant ses enfants assujettis en toute gravité ; (Car si un homme ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'église de Dieu ?) Pas un novice, de peur qu'étant exalté, il ne tombe dans la condamnation du diable. De plus il doit avoir un bon rapport de ceux qui sont sans ; de peur qu'il ne tombe dans l'opprobre et dans le piège du diable. ~ 1 Timothée 3:1-13

Nous voyons donc clairement qu'il y a des exigences pour être un surveillant de toute œuvre (un surveillant de : une congrégation, un effort d'évangélisation, un leader missionnaire, etc.) Ces exigences nous donnent une image des principes qui sont censés fonctionner dans la vie et le témoignage d'un surveillant. Détaillons à nouveau ces exigences :

  • Irréprochable – « qui ne peut être répréhensible, pas ouvert à la censure, irréprochable », ce qui signifie qu'il n'y a pas d'accusations prouvées contre lui.
  • Ne peut pas avoir plusieurs épouses. Mais il pouvait être célibataire comme Paul, Timothée et d'autres l'étaient.
  • Un travailleur assidu et acharné.
  • Hospitalier et gentil
  • Capable d'enseigner (Remarque : c'est le seul cadeau requis pour ce bureau. Toutes les autres exigences concernent le caractère du ministre.)
  • A le contrôle de sa chair et de ses attitudes.
  • Ni cupide ni gourmand. Content de ce qu'il a.
  • Celui qui aime et prend soin de sa famille et les dirige de manière ordonnée.
  • Pas un débutant, ou nouveau dans la foi, ou trop jeune pour assumer humblement une position adulte mature.
  • Et il doit avoir une bonne réputation en dehors de l'église, dans le quartier, au travail, etc.

Il est important de noter à nouveau le seul don requis : être capable d'enseigner.

Les gens essaient parfois d'empêcher un ministre de remplir le poste de surveillant en exigeant certains dons que la Bible n'exige pas. Et à d'autres moments, les gens aimeraient choisir un pasteur qui a de nombreux dons, mais ignorent pourtant l'une des autres exigences de son caractère. Un surveillant n'est pas « le choix du peuple » mais plutôt « le choix de Dieu !

Et ainsi nous voyons à nouveau ces mêmes exigences presque exactement reflétées dans l'épître de Paul à Tite.

« C'est pourquoi je t'ai laissé en Crète, afin que tu règles les choses qui manquent, et que tu ordonnes des anciens dans chaque ville, comme je t'avais désigné : Si quelqu'un est irréprochable, le mari d'une seule femme, n'ayant pas d'enfants fidèles accusé d'émeute ou indiscipliné. Car un évêque doit être irréprochable, comme l'intendant de Dieu ; pas volontaire, pas vite en colère, pas donné au vin, pas d'attaquant, pas donné au lucre sale ; Mais un amoureux de l'hospitalité, un amoureux des hommes bons, sobre, juste, saint, tempéré ; Tenir ferme la parole fidèle telle qu'elle a été enseignée, afin qu'il puisse, par la saine doctrine, à la fois exhorter et convaincre les contradicteurs. » ~ Tite 1:5-9

Tout vrai prédicateur du vrai évangile va faire face à l'opposition et à de fausses accusations. Il en a toujours été ainsi et le sera jusqu'à la fin des temps. Et parce qu'il y a à la fois de vrais ministres et de faux ministres : nous avons besoin d'un moyen de discerner entre les deux, et de traiter les accusations quand elles viennent. C'est pourquoi l'apôtre Paul nous a laissé quelques conseils.

« Contre un ancien, ne recevez pas une accusation, mais devant deux ou trois témoins. Ceux qui pèchent réprimandent devant tous, afin que d'autres aussi craignent. ~ 1 Timothée 5:19-20

Oui, il y a des accusations auxquelles chaque ministre devra faire face. Et lorsqu'il a été prouvé qu'un ministre a péché (et particulièrement si ce ministre n'est pas honnête au sujet de son péché), il doit y avoir une réprimande publique afin que tous puissent prendre garde et avertir. Le vrai salut délivre l'âme du péché. Par conséquent, un ministre de l'évangile doit être délivré du péché lui-même.

« Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché ; car sa semence demeure en lui, et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu. En cela se manifestent les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, ni celui qui n'aime pas son frère. ~ 1 Jean 3:9-10

Maintenant, en référence à la capacité d'enseigner d'un ministre : un ministre doit prendre garde à n'enseigner que ce que Dieu lui a montré à travers une étude attentive et priante de la Parole de Dieu. Vous ne pouvez pas vous fier entièrement à un « cours de prédicateurs » ou à ce qu'une personne bien intentionnée vous a enseigné. Un ministre doit être convaincu dans son cœur de la vérité qu'il prêche avant d'essayer de l'enseigner à quelqu'un d'autre. Parce que chaque ministre sera tenu responsable par Dieu de l'opportunité d'avoir étudié et prouvé la doctrine lui-même.

« De ces choses, souvenez-vous-en, en les accusant devant le Seigneur de ne pas lutter pour des paroles inutiles, mais pour subvertir les auditeurs. Étudie pour te montrer approuvé à Dieu, un ouvrier qui n'a pas besoin d'avoir honte, divisant à juste titre la parole de vérité. ~ 2 Timothée 2:14-15

Oui, il y a une honte qu'un ministre puisse avoir à prendre et à admettre à lui-même, s'il découvre plus tard qu'il n'a pas enseigné correctement une certaine doctrine de la Parole de Dieu. Cela peut arriver à n'importe lequel d'entre nous, et nous devons être assez humbles pour l'admettre, une fois que nous découvrons qu'il en est ainsi. Et parce qu'il n'y a personne qui a une compréhension parfaite de toute la vérité, cela finira par arriver à chacun d'entre nous. Faisons donc attention à la façon dont nous étudions et comprenons la Parole, afin que nous puissions éviter cela autant que possible. Et puissions-nous ne jamais arriver à l'endroit où nous ne pouvons pas être corrigés.

Un ministre qui néglige négligemment cette responsabilité et enseigne à partir de sa propre opinion sans se soucier d'une étude attentive, se retrouvera dans de sérieux problèmes avec Dieu. Surtout s'ils ont été avertis par un autre ministre de leur besoin d'être prudents. Le dernier avertissement de Jésus dans la Bible, est spécifiquement d'être prudent en ajoutant ou en retirant les enseignements de la parole de Dieu.

« Car je témoigne à tout homme qui entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu'un ajoute à ces choses, Dieu lui ajoutera les fléaux qui sont écrits dans ce livre : Et si quelqu'un ôte du paroles du livre de cette prophétie, Dieu ôtera sa part du livre de vie, et de la ville sainte, et des choses qui sont écrites dans ce livre. ~ Apocalypse 22:18-19

Que chaque ministre se prouve d'abord que la Parole qu'il enseigne est vraie et qu'elle fonctionne correctement en lui-même. Aucun autre enseignant ou prédicateur ne nous représentera à la barre du jugement final de Dieu tout-puissant. Nous nous rendrons compte de nous-mêmes et nous n'aurons personne d'autre à blâmer. Alors en tant que pasteur, soyons très prudents dans ce que nous enseignons !

« Retenant fermement la parole fidèle qui lui a été enseignée, afin qu'il puisse, par la saine doctrine, à la fois exhorter et convaincre les contradicteurs. » ~ Tite 1:9

Une saine doctrine (un enseignement sain) est essentielle pour pouvoir convaincre le Saint-Esprit et convaincre une autre personne de la vérité. Parce que la Parole de Dieu n'est utilisée correctement comme « l'épée du Seigneur » que lorsque le Saint-Esprit a le plein contrôle du ministre qui l'enseigne.

"Et prenez le casque du salut et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu" ~ Ephésiens 6:17

Un diacre :

Maintenant, il y a aussi des anciens qui ont d'autres responsabilités liées à l'Évangile.

« Que les anciens qui gouvernent bien soient considérés comme dignes d'un double honneur, surtout ceux qui travaillent dans la parole et la doctrine. Car l'Écriture dit : Tu ne museleras pas le bœuf qui foule le blé. Et, le travailleur est digne de sa récompense. ~ 1 Timothée 5:17-18

Ainsi, cette écriture implique clairement qu'il existe un type d'ancien qui peut ne pas travailler dans la Parole et la doctrine, et pourtant ils sont toujours un ancien de l'église. Ils travaillent d'autres manières pour soutenir le dessein de l'évangile, et par conséquent, ils doivent le respect et l'honneur pour leur travail de sacrifice d'amour. La Bible appelle aussi ces anciens : les diacres.

« De même, les diacres doivent être graves, ne pas avoir de doubles langues, ne pas être avides de vin, ni avides d'un écueil immonde ; Tenir le mystère de la foi dans une conscience pure. Et que ceux-ci soient aussi d'abord prouvés; alors laissez-les utiliser l'office de diacre, étant trouvé irréprochable. De même, leurs femmes doivent être graves, non calomnieuses, sobres, fidèles en toutes choses. Que les diacres soient les maris d'une seule femme, gouvernant bien leurs enfants et leurs propres maisons. Car ceux qui ont bien usé de la fonction de diacre s'achètent un bon degré et une grande audace dans la foi qui est en Jésus-Christ. 1 Timothée 3:8-13

Définition de diacre :

  • celui qui exécute les commandes d'un autre, esp. d'un maître, d'un serviteur, d'un serviteur, d'un ministre
  • le serviteur d'un roi
  • un diacre, celui qui, en vertu de la fonction qui lui est assignée par l'église, s'occupe des pauvres et a en charge et distribue l'argent collecté pour leur usage

Comment un ministre est soutenu

Pierre s'est également identifié en général comme un ancien, même s'il était un apôtre.

J'exhorte les anciens qui sont parmi vous, qui sont aussi un ancien, et un témoin des souffrances du Christ, et aussi un participant de la gloire qui sera révélée : Paissez le troupeau de Dieu qui est parmi vous, en prenant la surveillance celui-ci, non par contrainte, mais volontairement ; pas pour un profit immonde, mais d'un esprit prêt; Ni en tant que seigneurs de l'héritage de Dieu, mais en tant qu'échantillons pour le troupeau. Et quand le chef des bergers paraîtra, vous recevrez une couronne de gloire qui ne se fanera pas. » ~ 1 Pierre 5:1-4

Recevoir beaucoup d'argent ou avoir du pouvoir sur les autres ne devrait jamais être la motivation d'un ministre ! Mais pourtant, il est très typique (mais pas toujours) qu'un pasteur local soit soutenu à plein temps par la congrégation locale pour laquelle il exerce son ministère.

« Ou moi seul et Barnabas, n'avons-nous pas le pouvoir de nous abstenir de travailler ? Qui va à la guerre à tout moment à ses propres frais ? qui plante une vigne et n'en mange pas de ses fruits ? ou qui fait paître un troupeau et ne mange pas du lait du troupeau ? Dis-je ces choses en tant qu'homme ? ou la loi n'est-elle pas la même aussi ? Car il est écrit dans la loi de Moïse : Tu ne museleras pas la bouche du bœuf qui foule le blé. Dieu prend-il soin des bœufs ? Ou le dit-il entièrement pour nous ? Pour nous, sans doute, il est écrit : que celui qui laboure laboure avec espérance ; et que celui qui bat dans l'espérance ait part à son espérance. Si nous vous avons semé des choses spirituelles, est-ce une grande chose si nous récoltons vos choses charnelles ? Si d'autres participent à ce pouvoir sur vous, ne sommes-nous pas plutôt ? Néanmoins nous n'avons pas usé de ce pouvoir ; mais souffrez toutes choses, de peur que nous n'entravions l'évangile de Christ. Ne savez-vous pas que ceux qui s'occupent des choses saintes vivent des choses du temple ? et ceux qui attendent à l'autel participent à l'autel ? De même le Seigneur a ordonné que ceux qui prêchent l'évangile vivent de l'évangile. ~ 1 Corinthiens 9:6-14

Et pourtant, l'Apôtre Paul travaillait à certains moments pour qu'il ne soit pas un fardeau pour le reste des saints.

« Car vous vous souvenez, frères, de notre labeur et de notre labeur : car nous travaillant nuit et jour, parce que nous ne serions à charge d'aucun de vous, nous vous avons prêché l'Évangile de Dieu. » ~ 1 Thessaloniciens 2:9

« Nous n'avons pas non plus mangé le pain de n'importe quel homme pour rien ; mais travaillé avec labeur et labeur nuit et jour, afin que nous ne soyons à charge d'aucun d'entre vous : non pas parce que nous n'avons pas le pouvoir, mais pour nous servir d'exemple à vous pour nous suivre. Car même lorsque nous étions avec vous, nous vous avons commandé ceci, que si quelqu'un ne veut pas travailler, il ne doit pas non plus manger. Car nous entendons dire qu'il y en a qui marchent parmi vous de manière désordonnée, ne travaillant pas du tout, mais s'affairent. Or, à ceux qui sont tels, nous commandons et exhortons par notre Seigneur Jésus-Christ, qu'ils travaillent avec tranquillité et qu'ils mangent leur propre pain. ~ 2 Thessaloniciens 3:8-12

La meilleure façon de financer toute œuvre évangélique locale, c'est à travers les offrandes des gens de la congrégation locale. Cela aide grandement à garder la congrégation locale à la recherche du Saint-Esprit pour savoir comment utiliser ses ressources pour le Seigneur, plutôt que de chercher la direction d'un groupe ou d'un conseil de soutien financier externe.

Soutien aux missionnaires et au travail missionnaire à l'étranger :

Paul était missionnaire. Il a voyagé loin et a établi l'église dans de nombreux pays étrangers. Comme il a été cité plus tôt dans les Écritures, Paul travaillait souvent pour subvenir à ses besoins dans ces pays étrangers. Et à d'autres moments, après avoir établi un certain nombre dans la vérité, ces chrétiens locaux aidaient à soutenir Paul et d'autres ministres qui travaillaient localement parmi eux.

Et il y avait des moments où d'autres églises étrangères soutenaient financièrement Paul alors qu'il travaillait dans un nouveau territoire.

« J'ai volé (pris de l'argent à) d'autres églises, en prenant un salaire, pour vous rendre service. Et quand j'étais présent avec vous et que j'avais besoin de vous, je n'étais à charge de personne ; car ce qui me manquait, les frères qui venaient de Macédoine m'en ont fourni ; et en toutes choses je me suis gardé d'être une charge pour vous, et ainsi Je me garde. ~ 2 Corinthiens 11:8-9

Le soutien étranger de Paul à Corinthe était pour lui-même, alors qu'il travaillait parmi les Corinthiens, afin qu'il puisse consacrer son temps au travail spirituel là-bas. Mais les Corinthiens se soutenaient principalement eux-mêmes, comme toutes les congrégations locales devraient le faire pour leur propre travail local.

Un programme de financement missionnaire exécuté pour acheter un conseil missionnaire d'un pays étranger produit généralement des problèmes, s'ils exercent également un contrôle décisionnel pour le travail dans ce pays étranger. Il n'y a aucun exemple de financement d'une œuvre missionnaire comme celle-ci dans le Nouveau Testament. Et tout au long de l'histoire, lorsque les conseils missionnaires ont adopté cette approche, cela a toujours conduit à d'autres pressions qui seraient en conflit avec la volonté du Saint-Esprit dans l'œuvre missionnaire à l'étranger. Si vous faites vraiment la recherche (à la recherche du succès spirituel), vous constaterez que cela est vrai. Ils peuvent avoir établi avec succès des hôpitaux et des écoles en fonction de leurs propres objectifs. Mais un réveil d'âmes sauvées est toujours tué lorsque le contrôle de l'homme intervient.

Christ n'a jamais prévu qu'il y aurait un quartier général terrestre pour diriger l'œuvre de Dieu nulle part ailleurs. Ainsi, lorsqu'un conseil missionnaire décide de contrôler la façon dont les missionnaires dépenseront et utiliseront l'argent à l'étranger, le Saint-Esprit finira par être écarté de cette prise de décision. Et cela peut se produire sans le savoir même lorsque des personnes très sincères siègent au conseil d'administration.

Les décisions sur la façon de dépenser l'argent sont mieux conservées avec un ministère local qui est dirigé par le Saint-Esprit dans le travail local. Et toute offre d'argent provenant d'une source étrangère devrait normalement être destinée à des besoins spécifiques à un moment précis. Besoins identifiés par le ministère local de travail. Toute dépendance au-delà de cela aura tendance à favoriser les personnes qui recherchent une source d'argent étrangère pour diriger le travail local. Et puis ils apprendront comment ne pas dépendre du Saint-Esprit. (Remarque : il pourrait y avoir une exception à cela, mais c'est généralement la meilleure pratique pour garder Dieu sous contrôle.)

Cela s'est avéré vrai au moins un millier de fois, et pourtant les gens continuent de faire la même erreur. Au fur et à mesure que l'argent coule, le contrôle aussi. Il est donc préférable de limiter le soutien aux besoins ou aux projets « ponctuels », demandés par les ministres missionnaires. Sinon, cela peut créer une relation spirituelle malsaine où le travail spirituel missionnaire meurt lentement parce que les ministres locaux ne dépendent plus de Dieu et de son Saint-Esprit. Au lieu de devenir des guerriers spirituels, ils s'affaiblissent à mesure qu'ils deviennent dépendants. Et un modèle de dépendance finira toujours par prendre fin, il n'est donc pas pratique de le créer en premier lieu. Il y a un vieil adage : « Donnez un poisson à un homme, et plus tard il en aura besoin d'un autre. Apprenez à un homme à pêcher, et il apprendra à subvenir à ses besoins. »

Alors, quels sont les exemples dans la Bible que nous avons sur la façon de gérer ces besoins financiers ? Alors que l'évangile s'est répandu dans le monde des Gentils, les Juifs chrétiens de Jérusalem souffrent énormément sous la persécution. Beaucoup avaient été reniés par leurs familles. Certains avaient été jetés en prison. Et à cause de cela et d'autres persécutions, ils avaient grandement besoin d'une aide financière de base. L'apôtre Paul a informé diverses congrégations parmi les Gentils, et un certain nombre de ces congrégations ont répondu à ce besoin spécifique.

« Maintenant, concernant la collecte pour les saints, comme j'ai donné l'ordre aux églises de Galatie, vous aussi. Le premier jour de la semaine, que chacun de vous se couche auprès de lui, comme Dieu l'a fait prospérer, afin qu'il n'y ait pas de rassemblements quand je viendrai. Et quand je viendrai, quiconque vous approuverez par vos lettres, je les enverrai pour apporter votre libéralité à Jérusalem. ~ 1 Corinthiens 16:1-3

C'est une façon saine de répondre à un besoin immédiat. C'est en répondant à un appel à l'aide spécifique. Contrairement à un poussée d'argent dans un travail à l'étranger avec un objectif prédéterminé d'un conseil missionnaire, qui donne des directives sur la façon de dépenser cet argent.

En fait, la meilleure façon de faire le travail missionnaire, c'est que Dieu appelle un missionnaire à travailler dans l'évangile dans ce pays étranger. Et tout soutien financier suivant ce missionnaire devrait être laissé à la liberté de ce missionnaire (travaillant avec le Saint-Esprit et les besoins locaux) pour déterminer la meilleure façon d'utiliser l'argent dans le travail missionnaire.

Tout cela est si important, car l'une des principales exigences du ministère : c'est qu'ils soient à la fois appelés et dirigés par le Saint-Esprit !

« Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? et comment entendront-ils sans prédicateur ? Et comment prêcheront-ils, s'ils ne sont pas envoyés ? comme il est écrit : Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui prêchent l'évangile de paix et annoncent de bonnes nouvelles ! ~ Romains 10:14-15

L'appel d'un ministre :

Un ministre doit être appelé. C'est le choix de Dieu qu'il appelle, et où il les appelle à travailler. Nous ne pouvons pas faire ce choix nous-mêmes, sinon nous causerons des problèmes ! Nous n'aurons ni la grâce ni la sagesse pour accomplir le travail qui doit être fait. Trop de gens ont pris la Bible par eux-mêmes pour faire un travail, et ils ont lamentablement échoué.

Jésus nous a demandé de prier pour que nous cherchions le Seigneur et de demander à Dieu de faire l'envoi et de nous montrer où il nous enverrait.

«Mais quand il vit les multitudes, il fut ému de compassion pour elles, parce qu'elles s'évanouirent, et furent dispersées à l'étranger, comme des brebis sans berger. Alors il dit à ses disciples : La moisson est vraiment abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux ; Priez donc le maître de la moisson, qu'il envoie des ouvriers dans sa moisson. ~ Matthieu 9:36-38

Et puis nous avons aussi un exemple spécifique dans la Bible de Jésus envoyant réellement ses ministres dans une moisson. Ses instructions étaient très précises sur : qui il a envoyé, comment il les a activés et où il les a envoyés.

«Et quand il eut appelé à lui ses douze disciples, il leur donna le pouvoir contre les esprits impurs, de les chasser et de guérir toutes sortes de maladies et toutes sortes d'infirmités. Voici les noms des douze apôtres ; Le premier, Simon, qui s'appelle Pierre, et André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d'Alphée, et Lebbée, dont le nom de famille était Thaddée ; Simon le Cananéen et Judas Iscariote, qui l'ont aussi trahi. Ces douze, Jésus les envoya et leur ordonna, en disant : N'allez pas dans le chemin des Gentils, et n'entrez dans aucune ville des Samaritains : [6] Mais allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d'Israël. ~ Matthieu 10:1-6

Jésus lui-même a passé beaucoup de temps à prier et à communier avec son Père avant de faire son choix pour qui seraient ses apôtres.

« Et il arriva en ces jours-là, qu'il alla sur une montagne pour prier, et continua toute la nuit à prier Dieu. Et quand il fit jour, il appela ses disciples : et parmi eux il en choisit douze, qu'il nomma aussi apôtres » ~ Luc 6:12-13

Et pourtant, un ministre appelé par Dieu, peut encore mal tourner et rétrograder !

« Jésus leur répondit : Ne vous ai-je pas choisis douze, et l'un de vous est un diable ? Il parla de Judas Iscariote, fils de Simon, car c'était lui qui le trahirait, étant l'un des douze. ~ Jean 6:70-71

En raison de la réalité des faux ministres, Jésus nous a également donné des indications sur la façon de discerner la différence.

« Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous en vêtements de brebis, mais intérieurement ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Les hommes cueillent-ils des raisins d'épines ou des figues de chardons ? De même, tout bon arbre produit de bons fruits ; mais un arbre corrompu produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, pas plus qu'un arbre corrompu ne peut produire de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. ~ Matthieu 7:15-20

Ainsi, avec les instructions données par Paul (déjà cité dans 1 Timothée 3:1-13 et Tite 1:5-9) nous avons de l'aide pour connaître les bons fruits que Jésus a dit que nous devrions rechercher dans un vrai ministre.

La possibilité d'un retour en arrière d'un ministre est si réelle que l'apôtre Paul a exprimé à quel point il faisait attention à ce que cela ne lui arrive pas.

« Car bien que je prêche l'évangile, je n'ai rien à me glorifier : car la nécessité m'est imposée ; oui, malheur à moi, si je ne prêche pas l'évangile ! Car si je fais cela volontairement, j'ai une récompense ; mais si contre ma volonté, une dispensation de l'évangile m'est confiée. Quelle est alors ma récompense ? En vérité, lorsque je prêche l'évangile, je peux faire l'évangile de Christ gratuitement, afin que je n'abuse pas de mon pouvoir dans l'évangile. ~ 1 Corinthiens 9:16-18

Paul s'inquiétait de ne pas avoir abusé de son pouvoir dans l'évangile, parce qu'il en avait vu trop faire exactement cela. L'évangile est une chose puissante ! C'est la Parole de Dieu, et en tant que telle, elle peut être maltraitée par ceux qui désirent tirer parti de l'évangile pour leur propre avantage. Tout au long de l'histoire, et particulièrement aujourd'hui, il y a eu beaucoup plus de ministres qui ont abusé de leur autorité avec l'évangile, que ceux qui ont humblement enseigné la pleine vérité !

Une façon pour un ministre d'abuser de son pouvoir est de l'administrer pour sa propre facilité et son propre bénéfice. Plutôt que le ministre se change pour vivre au même niveau que le peuple, et pour comprendre culturellement et s'adapter aux besoins des gens qu'il ou elle sert.

« Car, bien que je sois libre de tous les hommes, je me suis cependant fait serviteur de tous, afin de gagner davantage. Et je suis devenu juif pour les Juifs, afin de gagner les Juifs ; à ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi, afin que je puisse gagner ceux qui sont sous la loi ; A ceux qui sont sans loi, comme sans loi, (n'étant pas sans loi pour Dieu, mais sous la loi pour Christ), afin que je puisse gagner ceux qui sont sans loi. Je suis devenu faible au faible, afin de gagner le faible : je suis fait tout à tous les hommes, afin d'en sauver par tous les moyens quelques-uns. Et cela, je le fais à cause de l'Évangile, afin d'en avoir part avec vous. Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans une course courent tous, mais qu'un seul reçoit le prix ? Alors courez, afin que vous puissiez obtenir. Et tout homme qui lutte pour la maîtrise est tempéré en toutes choses. Maintenant, ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous sommes un incorruptible. Je cours donc ainsi, pas aussi incertain; alors je combats, non comme quelqu'un qui bat l'air ; ~ 1 Corinthiens 9:19-27

Si Paul ne faisait pas l'effort de se changer pour suivre les cultures des personnes qu'il administrait, il craignait de devenir lui-même un naufragé. Cela se produirait s'il se rendait la tâche plus facile et, à cause de cela, la rendrait inutilement plus difficile pour ceux à qui il prêchait l'évangile.

Maintenant, si vous êtes appelé, vous aurez aussi la grâce et l'autorité spirituelle pour faire le travail. Parce que Dieu ne choisit pas comme l'homme choisit. Par conséquent, nous devons prier et attendre que Dieu fasse le bon choix. La scolarisation et l'étude peuvent aider à éduquer tout le monde, et un pasteur doit d'abord pouvoir être instruit. Mais l'appel vient du Seigneur !

Dans l'Ancien Testament, nous avons même le fidèle prophète Samuel corrigé par Dieu, afin qu'il ne regarde pas à l'extérieur, mais pour laisser Dieu faire le choix par ce que Dieu voit à l'intérieur.

« Et il arriva, quand ils arrivèrent, qu'il regarda Eliab, et dit : Certes, l'oint de l'Éternel est devant lui. Mais le Seigneur dit à Samuel : Ne regarde pas son visage ni la hauteur de sa taille ; parce que je l'ai refusé : car le Seigneur ne voit pas comme l'homme voit ; car l'homme regarde à l'apparence extérieure, mais le Seigneur regarde au cœur. ~ 1 Samuel 16:6-7

Enfin, un ministre doit être rempli de l'amour de Dieu, et il doit être fidèle. Paul a affirmé que Dieu l'avait placé dans le ministère parce qu'il était fidèle à tout ce que Dieu lui avait montré de faire.

« Selon le glorieux évangile du Dieu béni, qui a été confié à ma confiance. Et je remercie le Christ Jésus notre Seigneur, qui m'a permis, de ce qu'il m'a compté fidèle, en me mettant dans le ministère ; » ~ 1 Timothée 1:11-12

Dans cette fidélité, un ministre ne peut pas se laisser entraîner dans un tas de conflits et de disputes. Il doit rester concentré sur les besoins des âmes qu'il a été appelé à aider. En amour, il doit travailler docilement avec les ignorants et ceux qui sont très faibles et vulnérables aux artifices de Satan. Cela ne prend rien de moins que l'amour sacrificiel de Jésus-Christ travaillant au sein du ministre.

"Mais les questions stupides et non apprises évitent, sachant qu'elles provoquent des conflits entre les sexes. Et le serviteur du Seigneur ne doit pas lutter; mais soyez doux envers tous les hommes, aptes à enseigner, patients, instruisant avec douceur ceux qui s'opposent à eux-mêmes ; si Dieu peut-être leur donnera le repentir à la reconnaissance de la vérité ; Et afin qu'ils puissent se relever du piège du diable, qui sont pris en captivité par lui à sa volonté. ~ 2 Timothée 2:23-26

L'appel d'un ministre est très important et ne devrait jamais être pris à la légère. Beaucoup de travail, de souffrance, de découragement et d'ennuis s'opposeront au ministre qui répondra à l'appel. Par conséquent, le ministre doit être entièrement consacré à l'appel et continuer à porter sa croix quotidiennement. Mais la récompense éternelle est bien plus grande que la difficulté !

« Car j'estime que les souffrances de ce temps présent ne sont pas dignes d'être comparées à la gloire qui sera révélée en nous. » ~ Romains 8:18

« C'est pourquoi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, toujours abondants dans l'œuvre du Seigneur, car vous savez que votre travail n'est pas vain dans le Seigneur. » ~ 1 Corinthiens 15:58

Laisser un commentaire

fr_FRFrançais