Offrandes données pour l'œuvre du Seigneur

Les premières offrandes enregistrées au Seigneur étaient toujours des offrandes de libre arbitre. Même la dîme d'Abraham à Melchisédek, et la dîme de Jacob, étaient des offrandes volontaires. Et tout cela a eu lieu des centaines d'années avant la loi de Moïse.

Maintenant, selon la loi de Moïse :

  • Seules les offrandes du libre arbitre pouvaient être utilisées pour la construction de la maison de Dieu.
  • L'offrande de la dîme (un dixième de votre augmentation) a été instituée et exigée de chacun principalement pour soutenir les ouvriers du Temple, et pour soutenir toute la tribu de Lévi dans le reste de leurs responsabilités spirituelles envers les enfants d'Israël.
  • Remarque : les offrandes pour les pauvres étaient comprises dans la dîme.
  • Notez également : Même ceux qui ont reçu la dîme, ont également payé la dîme de ce qu'ils ont reçu.

Il est certain que le plein évangile de Jésus-Christ a supprimé l'ancienne loi mosaïque, parce que toutes choses ont été accomplies par l'amour de Christ et le Saint-Esprit inspirant le cœur et l'âme. Les nombreuses exigences de la loi mosaïque ont été mises de côté pour les gentils par les premiers apôtres et anciens de l'église dans Actes 15. À cette époque, ils ont décidé que seulement quatre exigences étaient nécessaires pour les gentils, et la dîme n'était pas l'une des quatre exigences.

Mais Jésus-Christ ou ses apôtres et disciples ont-ils supprimé les offrandes du libre arbitre ? Rien dans le Nouveau Testament n'impliquerait cela.

Regardons la première offrande jamais désignée par Dieu lui-même. Il précisa qu'il ne pouvait être accepté que d'un cœur bien disposé.

« Parle aux enfants d'Israël, qu'ils m'apportent une offrande : de tout homme qui la donne volontiers de son cœur, vous prendrez mon offrande. » ~ Exode 25:2

La coercition, la peur, les exigences pour la charge ministérielle, ou le désir d'être socialement accepté parmi les chrétiens, ne devraient jamais être la motivation d'une offrande au Seigneur ! Dieu ne bénira pas cette offrande et ne l'acceptera pas. Par conséquent, un ministre qui se soucie du bien-être spirituel des gens et du travail, devrait toujours ordonner aux gens de donner de leur plein gré, du fond du cœur. Tout comme ils devraient le faire avec tout leur culte et service à Dieu.

« Et Moïse parla à toute l'assemblée des enfants d'Israël, disant : C'est ce que l'Éternel avait commandé, disant : Prenez du milieu de vous une offrande à l'Éternel ; que celui qui a le cœur bien disposé l'apporte, une offrande du Seigneur; de l'or, de l'argent et de l'airain, Et du bleu, et de la pourpre, et de l'écarlate, et du fin lin, et du poil de chèvre, Et des peaux de bélier teintes en rouge, et des peaux de blaireau, et du bois de merde, Et de l'huile pour la lumière, et des épices pour l'huile d'onction, et pour l'encens doux, Et des pierres d'onyx, et des pierres à mettre pour l'éphod et pour la cuirasse. Et tous les sages d'entre vous viendront et feront tout ce que le Seigneur a commandé ; » ~ Exode 35:4-10

« Et ils vinrent, tous ceux dont le cœur l'excitait, et tous ceux que son esprit le désirait, et ils apportèrent l'offrande du Seigneur à l'ouvrage du tabernacle d'assignation, et pour tout son service, et pour les saints vêtements. Et ils sont venus, hommes et femmes, autant qu'ils étaient de bon cœur, et ont apporté des bracelets, des boucles d'oreilles, des bagues et des tablettes, tous des bijoux d'or ; et chaque homme qui a offert une offrande d'or au Seigneur. ~ Exode 35:21-22

« Les enfants d'Israël apportèrent une offrande volontaire à l'Éternel, tout homme et femme, dont le cœur les rendait disposés à apporter pour toutes sortes d'ouvrages que l'Éternel avait commandé de faire par la main de Moïse. » ~ Exode 35:29

Un sacrifice volontaire sera toujours suffisant pour le dessein du Seigneur. D'autres peuvent contraindre leurs fidèles à payer de l'argent et peuvent se constituer un large public avec de nombreux bâtiments et d'autres avantages. Mais cela n'accomplira pas ce que le Seigneur a prévu dans le cœur des âmes.

Un véritable réveil de sainteté ne vient que de ceux qui travaillent ensemble avec un cœur bien disposé. Et la consécration d'individus et d'un ministère n'est possible que par un cœur pleinement disposé. Dieu ne s'imposera à personne. Ces choses viennent des offrandes d'amour du libre arbitre : dans l'adoration, dans l'enseignement, dans le ministère, et aussi dans les offrandes financières/de prospérité de toute sorte.

Cette norme d'offrandes de libre arbitre du cœur, n'a jamais changé ! Même de nombreuses années plus tard, après que les Israélites soient revenus de Babylone dans leur patrie, ils pratiquaient toujours leurs offrandes de cette façon.

"Et ensuite offert l'holocauste continuel, à la fois des nouvelles lunes et de toutes les fêtes fixées du Seigneur qui ont été consacrées, et de tous ceux qui ont volontairement offert une offrande volontaire au Seigneur." ~ Esdras 3:5

« Et pour emporter l'argent et l'or que le roi et ses conseillers ont offerts gratuitement au Dieu d'Israël, dont l'habitation est à Jérusalem, et tout l'argent et l'or que tu peux trouver dans toute la province de Babylone, avec le libre arbitre offrande du peuple et des sacrificateurs, offrande volontaire pour la maison de leur Dieu qui est à Jérusalem : » ~ Esdras 7 :15-16

La loi mosaïque exigeait la dîme par commandement. Et la dîme a été spécifiquement identifiée pour le soutien régulier « continu » du ministère lévitique et des pauvres.

« Et toute la dîme de la terre, soit de la semence de la terre, soit du fruit de l'arbre, appartient au Seigneur : elle est sainte pour le Seigneur. Et si un homme veut racheter quelque chose de sa dîme, il y ajoutera la cinquième partie. Et en ce qui concerne la dîme du gros ou du petit troupeau, même de tout ce qui passe sous la verge, la dixième sera consacrée au Seigneur. » ~ Lévitique 27:30-32

Les enfants d'Israël ont reçu l'ordre de donner une dîme à la tribu de Lévi, pour les soutenir dans toutes les responsabilités de travail qu'ils avaient. C'était pour que la tribu de Lévi ne s'emmêle pas dans son propre soutien et qu'elle abandonne ensuite ses responsabilités à l'œuvre du Seigneur.

«Et voici, j'ai donné aux enfants de Lévi tout le dixième en Israël en héritage, pour le service qu'ils servent, le service du tabernacle d'assignation.» ~ Nombres 18:21

Et de cette dîme que la tribu de Lévi a reçue, ils devaient aussi offrir eux-mêmes une dîme au Seigneur.

«Parlez ainsi aux Lévites, et dites-leur : Quand vous prendrez des enfants d'Israël les dîmes que je vous ai données d'eux pour votre héritage, alors vous en offrirez une offrande élevée pour l'Éternel, même un dixième partie de la dîme. Et ceci, votre offrande d'élévation, vous sera compté comme le blé de l'aire et comme le plein du pressoir. Ainsi vous offrirez aussi à l'Éternel une offrande élevée de toutes vos dîmes, que vous recevez des enfants d'Israël; et vous en donnerez l'offrande de l'Éternel au sacrificateur Aaron. ~ Nombres 18:26-28

La dîme n'était pas seulement pour donner au ministère lévitique, mais aussi pour avoir quelque chose à donner à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve - "dans tes portes"

« Quand tu auras mis fin à la dîme, toutes les dîmes de ton accroissement la troisième année, qui est l'année de la dîme, et que tu l'as donnée au Lévite, à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve, afin qu'ils mangent chez toi. portes, et soyez remplis » ~ Deutéronome 26:12

Il est donc évident que la dîme est axée sur le maintien du travail « en cours ». Alors que la mention précédente des offrandes concernait des choses au-delà de cela : besoins spéciaux, construction de la maison du Seigneur, etc.

Maintenant, comme mentionné précédemment, avant la Loi mosaïque, Abraham a volontairement donné une dîme au Seigneur.

« Pour ce Melchisédek, roi de Salem, prêtre du Dieu Très-Haut, qui rencontra Abraham revenant du massacre des rois, et le bénit ; A qui aussi Abraham a donné un dixième de tout; étant d'abord par interprétation Roi de justice, et après cela aussi Roi de Salem, qui est Roi de paix; Sans père, sans mère, sans filiation, n'ayant ni commencement de jours, ni fin de vie ; mais rendu semblable au Fils de Dieu; demeure un prêtre continuellement. Considérez maintenant à quel point cet homme était grand, à qui même le patriarche Abraham a donné le dixième du butin. » ~ Hébreux 7 :1-4

Jacob a suivi l'exemple de son grand-père et a également juré de donner un dixième de son augmentation au Seigneur.

« Et Jacob fit un vœu en disant : Si Dieu est avec moi et me garde dans cette voie où je vais, et me donnera du pain à manger et des vêtements à revêtir, afin que je revienne dans la maison de mon père en paix; alors l'Éternel sera mon Dieu; et cette pierre, que j'ai mise pour colonne, sera la maison de Dieu; et de tout ce que tu me donneras, je te donnerai certainement le dixième. ~ Genèse 28:20-22

Maintenant, qu'est-ce que Jésus a enseigné concernant la dîme ?

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! car vous payez la dîme de la menthe, de l'anis et du cumin, et vous avez omis les questions les plus importantes de la loi, du jugement, de la miséricorde et de la foi : celles-ci auraient dû être faites, et ne pas laisser l'autre de côté. Vous, guides aveugles, qui tirez sur un moucheron et avalent un chameau. ~ Matthieu 23:23-24

Il est clair à partir de cette écriture, lorsque l'on compare l'importance des choses contenues dans la Loi, la dîme avait une moindre conséquence par rapport à : le jugement, la miséricorde et la foi.

«Mais malheur à vous, pharisiens ! car vous payez la menthe et la rue et toutes sortes d'herbes, et vous ignorez le jugement et l'amour de Dieu : vous devriez avoir fait cela, et ne pas laisser l'autre inachevé. ~ Luc 11:42

Jésus a utilisé la dîme pour établir une comparaison d'importance. Mais en faisant cette comparaison, il s'est assuré qu'ils comprenaient qu'il ne contredisait pas la Loi pour impliquer que la dîme n'était pas importante.

Mais par cette comparaison, Jésus a-t-il dit ce qu'il a fait, de sorte que nous considérerions aujourd'hui la dîme comme un commandement du Nouveau Testament, comme c'était le cas dans l'Ancien Testament ? Il n'y a rien après sa mort et sa résurrection qui impliquerait qu'il en soit ainsi. Ni aucune trace des apôtres et des disciples pratiquant la dîme, tout en travaillant avec les Gentils.

Maintenant, si nous devons prendre cet incident où il a utilisé la dîme pour établir une comparaison d'importance et en faire un commandement du Nouveau Testament : qu'en est-il des autres parties de la Loi que Jésus a pratiquées et exigées ? Ne devrions-nous pas être cohérents ? Pouvons-nous choisir ce que nous voulons ou pensons être important aujourd'hui dans la loi de Moïse ?

Cette prochaine partie de la loi de Moïse fait-elle toujours partie d'un commandement du Nouveau Testament ? Offrons-nous un cadeau devant un prêtre de Lévi pour ce type de guérison ?

« Et Jésus étendit la main et le toucha, en disant : Je le ferai ; sois propre. Et aussitôt sa lèpre a été nettoyée. Et Jésus lui dit : Ne le dis à personne ; mais va, montre-toi au sacrificateur, et offre le don que Moïse a commandé, en témoignage pour eux. ~ Matthieu 8:3-4

Jésus a certainement pratiqué la loi de Moïse, mais il nous a également enseigné davantage qu'il était lui-même l'accomplissement de la loi.

« Ne pensez pas que je suis venu pour détruire la loi ou les prophètes : je ne suis pas venu pour détruire, mais pour accomplir. Car en vérité, je vous le dis, jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, un sou ou un titre ne passera pas de la loi, jusqu'à ce que tout soit accompli. C'est pourquoi quiconque violera l'un de ces moindres commandements et l'enseignera aux hommes, il sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais quiconque les fera et les enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » ~ Matthieu 5:17-19

Mais que veut-il dire quand il dit « Je ne suis pas venu pour détruire, mais pour accomplir » ? Qu'est-ce qu'il accomplit ? Il est important pour nous de comprendre cela!

L'homme a été créé à l'origine à l'image de Dieu : saint et pur de la contamination du péché dans le cœur.

« Et Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance ; et qu'ils dominent sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux du ciel, et sur le bétail, et sur toute la terre, et sur tout ce qui rampe sur la terre. Dieu créa donc l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle, il les créa. ~ Genèse 1:26-27

Cette image est spirituelle, pas physique, parce que Dieu est un Esprit. Il s'agit donc de la justice spirituelle du caractère même de Dieu. Dieu a créé l'homme avec le même caractère juste que lui. Mais l'homme est tombé en cédant aux tentations de Satan. Les désirs égoïstes pécheurs sont devenus la principale motivation du cœur de l'homme après cela. Par conséquent, la loi mosaïque a dû être ajoutée de nombreuses années après la chute de l'homme, pour contraindre le péché qui travaillait dans le cœur.

« A quoi sert donc la loi ? Il a été ajouté à cause des transgressions, jusqu'à ce que la semence vienne à qui la promesse a été faite ; et il a été ordonné par des anges dans la main d'un médiateur. ~ Galates 3:19

Ainsi la Loi a été donnée pour contraindre le péché dans l'homme. Mais pourtant, la Loi était toujours basée sur des principes spirituels justes de Dieu tout-puissant.

« C'est pourquoi la loi est sainte, et le commandement saint, juste et bon. Ce qui est bon m'a-t-il donc fait mort ? Dieu pardonne. Mais le péché, afin qu'il paraisse péché, faisant en moi la mort par ce qui est bon ; que le péché par le commandement pourrait devenir extrêmement pécheur. Car nous savons que la loi est spirituelle ; mais je suis charnel, vendu sous le péché. ~ Romains 7:12-14

Et nous savons que Jésus est venu pour changer l'homme intérieur, et non pour contraindre le péché par des commandements extérieurs. Mais plutôt de changer le cœur même de l'homme pour le rendre pur et saint, de sorte que du cœur nous choisirions volontiers de faire ce que nous savons être juste.

« Par conséquent, si quelqu'un est en Christ, c'est une nouvelle créature : les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. ~ 2 Corinthiens 5:17

Ainsi, la lettre spécifique de la Loi n'est pas ce que nous sommes censés exercer aujourd'hui. Mais plutôt les principes de la Loi agissant dans le cœur, par l'Esprit de Dieu en nous.

« Qui aussi nous a rendus capables d'être les ministres du nouveau testament ; non de la lettre, mais de l'esprit : car la lettre tue, mais l'esprit vivifie. ~ 2 Corinthiens 3:6

Ainsi, la Loi est en fait basée sur des principes spirituels. Et parce que le Christ est l'accomplissement de la Loi dans l'homme : l'homme vit désormais par les principes spirituels de la loi agissant dans le cœur, et non plus par la lettre de la Loi à travers les commandements.

Pour plus de clarté, voici la définition du mot « principe » :

« une vérité ou une proposition fondamentale qui sert de fondement à un système de croyance ou de comportement ou à une chaîne de raisonnement. (Exemple : Le principe qui sous-tend pourquoi nous faisons ce que nous faisons.) »

Les principes derrière la loi mosaïque ont maintenant été transférés dans nos cœurs par Jésus-Christ !

« Car la loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. » ~ Jean 1:17

« D'autant que vous êtes manifestement déclarés être l'épître du Christ que nous avons administrée, écrite non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant ; non sur des tables de pierre, mais sur des tables charnelles du cœur. ~ 2 Corinthiens 3:3

Et ainsi, ces principes transférés dans nos cœurs, nous amènent à vouloir volontairement, de notre propre gré, soutenir l'œuvre de Dieu.

Et on nous enseigne à la fois dans l'Ancien Testament et dans le Nouveau Testament que si nous ne pourvoyons pas volontairement à l'œuvre du Seigneur, nous ne prospérerons pas.

« Un homme volera-t-il Dieu ? Pourtant vous m'avez volé. Mais vous dites : En quoi t'avons-nous volé ? Dans les dîmes et les offrandes. Vous êtes maudits d'une malédiction, car vous m'avez volé, même toute cette nation. Apportez toutes les dîmes dans le magasin, afin qu'il y ait de la viande dans ma maison, et prouvez-moi maintenant par la présente, dit l'Éternel des armées, si je ne vous ouvre pas les écluses du ciel et ne vous déverse pas une bénédiction, qu'il n'y aura pas assez de place pour le recevoir. ~ Malachie 3:8-10

Oui, il y a même une promesse ici dans l'Ancien Testament, et aussi dans le Nouveau Testament, de bénédictions pour ceux qui volontairement du cœur donnent des offrandes pour soutenir l'œuvre du Seigneur.

« Mais ceci je dis : Celui qui sème peu moissonnera aussi peu ; et celui qui sème abondamment moissonnera aussi abondamment. Chacun selon ce qu'il a dessein dans son coeur, qu'il donne ainsi ; pas à contrecœur, ni par nécessité : car Dieu aime celui qui donne joyeusement. Et Dieu est capable de faire abonder toute grâce envers vous ; afin que vous, ayant toujours toute suffisance en toutes choses, puissiez abonder en toute bonne œuvre : (Comme il est écrit, il s'est dispersé, il a donné aux pauvres : sa justice demeure à toujours. » ~ 2 Corinthiens 9:6- 9

Ainsi, aujourd'hui, la loi du commandement de la dîme a disparu avec la loi mosaïque. Mais le principe derrière la Loi de la dîme demeure. Et les principes qui sous-tendent la loi mosaïque concernant les dîmes sont : justes, égaux, équilibrés et éprouvés dans le temps.

  • Une méthode juste : comme seulement un dixième de ce que tout le monde a reçu, que nous recevions beaucoup ou peu.
  • Une méthode d'égalité : comme tous sont égaux en Jésus-Christ, peu importe si la dîme d'une personne est plus grande que celle de l'autre.
  • Une méthode équilibrée : lorsqu'elle est donnée volontairement et par la foi et non par la contrainte, c'est une quantité équilibrée que la plupart peuvent se permettre.
  • Une méthode éprouvée : pour que la communauté locale des saints soutienne à la fois le ministère et les besoins des pauvres. À moins qu'il n'y ait des circonstances catastrophiques ou de persécution, une congrégation locale verra tous ses besoins de soutien satisfaits par la dîme régulière (et il en restera ensuite pour aider les autres).

Il est certain que le Nouveau Testament nous enseigne que nous devons faire des offrandes pour soutenir l'œuvre chrétienne et les besoins des pauvres. Et la réalité est que quiconque travaille de tout son cœur pour le Seigneur se retrouvera souvent à donner plus d'un dixième. Parce qu'ils sont motivés par les besoins que le Saint-Esprit leur montre, et pas seulement par une formule mathématique pour calculer leur don.

Maintenant, dans le cadre d'une fondation pour l'enseignement des offrandes chrétiennes de libre arbitre, les principes derrière la dîme nous fournissent une compréhension d'une manière efficace, équilibrée et éprouvée pour soutenir les besoins financiers d'une œuvre chrétienne locale. Mais nous devons toujours permettre au chrétien de donner le montant en fonction de ce que sa foi prend sous l'influence du Saint-Esprit. Laissez-leur toujours la liberté de faire librement ce qu'ils comprennent, et ce que leur foi prend, de leur cœur !

Il est maintenant certain que l'apôtre Paul a parlé clairement du besoin d'un ministre d'être soutenu par la congrégation locale. Mais ses épîtres sur ce sujet étaient destinées aux gentils, et il est intéressant de noter qu'il n'a jamais fait référence à la dîme lorsqu'il en a parlé. Bien qu'il ait fait référence aux principes de la Loi qui nous enseignent que nous devons soutenir le Ministère.

« Ou moi seul et Barnabas, n'avons-nous pas le pouvoir de nous abstenir de travailler ? Qui va à la guerre à tout moment à ses propres frais ? qui plante une vigne et n'en mange pas de ses fruits ? ou qui fait paître un troupeau et ne mange pas du lait du troupeau ? Dis-je ces choses en tant qu'homme ? ou la loi n'est-elle pas la même aussi ? Car il est écrit dans la loi de Moïse : Tu ne museleras pas la bouche du bœuf qui foule le blé. Dieu prend-il soin des bœufs ? Ou le dit-il entièrement pour nous ? Pour nous, sans doute, il est écrit : que celui qui laboure laboure avec espérance ; et que celui qui bat dans l'espérance ait part à son espérance. Si nous vous avons semé des choses spirituelles, est-ce une grande chose si nous récoltons vos choses charnelles ? Si d'autres participent à ce pouvoir sur vous, ne sommes-nous pas plutôt ? Néanmoins nous n'avons pas usé de ce pouvoir ; mais souffrez toutes choses, de peur que nous n'entravions l'évangile de Christ. Ne savez-vous pas que ceux qui s'occupent des choses saintes vivent des choses du temple ? et ceux qui attendent à l'autel participent à l'autel ? De même le Seigneur a ordonné que ceux qui prêchent l'évangile vivent de l'évangile. ~ 1 Corinthiens 9:6-14

De plus, l'apôtre Paul a donné des instructions aux églises des Gentils sur la façon de rassembler une offrande pour ceux qui en ont besoin. Dans ce cas particulier, il s'agissait des juifs chrétiens de Jérusalem qui souffraient beaucoup de la persécution à cause de leur témoignage chrétien.

« Maintenant, concernant la collecte pour les saints, comme j'ai donné l'ordre aux églises de Galatie, vous aussi. Le premier jour de la semaine, que chacun de vous se couche auprès de lui, comme Dieu l'a fait prospérer, afin qu'il n'y ait pas de rassemblements quand je viendrai. Et quand je viendrai, quiconque vous approuverez par vos lettres, je les enverrai pour apporter votre libéralité à Jérusalem. ~ 1 Corinthiens 16:1-3

Remarquez qu'ils devaient préparer l'offrande "comme Dieu l'a fait prospérer..." Mais il n'y avait aucune mention qu'il devrait être au moins un dixième selon une dîme. Il semblerait que si l'apôtre Paul avait l'intention d'établir l'application de la dîme comme norme mondiale de tous les temps pour l'église, il l'aurait certainement mentionné ici. Parce qu'il leur demandait de prendre l'offrande en fonction de la façon dont Dieu avait fait prospérer chacun d'eux.

Rappelez-vous également que Paul a été spécifiquement envoyé aux gentils pour prêcher l'évangile. Et même lorsqu'il a été envoyé par les apôtres, ils ont demandé à Paul qu'il demande aux gentils une offrande pour les chrétiens souffrants à Jérusalem. Mais encore une fois, il n'y a pas de contexte pour une dîme faisant partie de cette demande.

« Et quand Jacques, Céphas et Jean, qui semblaient être des piliers, perçurent la grâce qui m'était donnée, ils m'accordèrent à moi et à Barnabas la main droite de la communion ; que nous allions vers les païens, et eux vers la circoncision. Eux seuls voulaient que nous nous souvenions des pauvres ; la même chose que j'étais aussi impatient de faire. ~ Galates 2:9-10

Maintenant pour une certitude, les premiers chrétiens étaient des Juifs, qui ont également suivi la Loi. La Bible est claire à ce sujet à la fois dans les évangiles et dans les Actes. Ainsi donc, les premiers chrétiens donnaient définitivement la dîme et faisaient des offrandes. Mais, à cause de la persécution générale que les chrétiens juifs ont reçue, beaucoup d'entre eux ont donné tout ce qu'ils avaient du cœur. Ainsi, le don d'une dîme était essentiellement un problème discutable avec eux. Du fond du cœur, ils répondaient directement à l'appel du Saint-Esprit pour le besoin alors critique.

« Et la multitude de ceux qui croyaient étaient d'un seul cœur et d'une seule âme : aucun d'entre eux ne dit qu'aucun de ceux qui devaient les choses qu'il possédait était à lui ; mais ils avaient tout en commun. Et avec une grande puissance, les apôtres témoignèrent de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grande grâce était sur eux tous. Il n'y en avait pas non plus parmi eux qui manquaient, car autant de propriétaires de terres ou de maisons les vendaient, et apportaient le prix des choses qui étaient vendues, et les déposaient aux pieds des apôtres, et la distribution était faite à chacun. selon qu'il en avait besoin. Et Joses, qui par les apôtres était surnommé Barnabas, (qui est, étant interprété, le fils de consolation,) un Lévite, et du pays de Chypre, Ayant la terre, la vendit, et apporta l'argent, et la mit au pieds des apôtres. ~ Actes 4:32-37

Mais il était également évident, par cet exemple réel documenté dans les Actes, qu'ils étaient libres de donner selon qu'ils étaient conduits par le Seigneur. Ils ne devaient pas le faire pour le spectacle ou pour faire semblant. Donc juste après le début de ce mouvement de don du cœur, il y en avait qui voulaient être vus comme faisant partie de ce mouvement du cœur, mais ils n'étaient vraiment pas émus du cœur. Ils étaient émus pour être vus et reconnus par les autres.

«Mais un certain homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit un bien, et retint une partie du prix, sa femme aussi étant au courant, et apporta une certaine partie, et la déposa aux pieds des apôtres. Mais Pierre dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur de mentir au Saint-Esprit et de retenir une partie du prix du pays ? Tant qu'il est resté, n'était-ce pas le tien ? et après qu'il a été vendu, n'était-ce pas en ton pouvoir ? pourquoi as-tu conçu cette chose dans ton cœur ? tu n'as pas menti aux hommes, mais à Dieu. Et Ananias, entendant ces paroles, tomba et rendit l'âme, et une grande peur s'empara de tous ceux qui entendirent ces choses. Et les jeunes gens se levèrent, le blessèrent, l'emportèrent et l'ensevelirent. Et ce fut environ trois heures plus tard, lorsque sa femme, ne sachant pas ce qui avait été fait, entra. Et Pierre lui répondit : Dites-moi si vous avez vendu la terre pour autant ? Et elle a dit, oui, pour tellement. Alors Pierre lui dit : Comment se fait-il que vous vous soyez mis d'accord pour tenter l'Esprit du Seigneur ? voici, les pieds de ceux qui ont enterré ton mari sont à la porte et t'emporteront. Alors elle tomba aussitôt à ses pieds, et rendit l'esprit : et les jeunes gens entrèrent, et la trouvèrent morte, et, l'emportant, l'enterrèrent près de son mari. Et une grande peur s'empara de toute l'église, et de tous ceux qui entendirent ces choses. ~ Actes 5:1-11

Ce que cela nous montre, c'est que lorsque les gens sont émus de leur propre volonté, du cœur, que la présence réelle du Saint-Esprit lui-même empêchera les prétendants de pouvoir « se glisser » parmi le peuple de Dieu. C'est pourquoi les gens devraient toujours être instruits et autorisés à se mouvoir par la foi qu'ils ont, volontairement du fond du cœur. Toute autre méthode de pression amènera les gens à agir par peur plutôt que par foi. Cela signifie donc que nous ne méprisons pas quelqu'un qui n'a pas la foi pour faire un certain mouvement pour le Seigneur, y compris les dîmes et les offrandes. Et nous ne trouvons à redire à aucune autre congrégation de personnes qui ne pratiquent pas leurs offrandes de la même manière que nous le ferions. Ce que nous donnons au Seigneur et comment nous donnons au Seigneur, ne devrait jamais être une question de comparaison !

C'est pourquoi il est contre-productif pour un ministre d'essayer de mettre en œuvre et de protéger la justice dans la congrégation locale via la forte lettre de commandements ou la peur humaine. Parce que le peuple n'apprendra alors à se déplacer que par commandement et par peur humaine. Et la présence du Saint-Esprit de Dieu deviendra éloignée de cette congrégation locale. Dieu est amour. Les expressions d'amour envers Dieu du cœur sont ce qui attire Dieu et rapproche Dieu de nous ! Nourrir ce genre d'amour divin du cœur, c'est ce qui protégera la droiture dans la congrégation locale ! C'est aussi ce qui apportera le réveil dans l'église.

Maintenant, concernant le soutien à l'œuvre missionnaire (dont Paul était un missionnaire), nous avons aussi des directives et des exemples tirés des écrits de Paul.

« J'ai volé d'autres églises, en prenant leur salaire, pour vous rendre service. Et quand j'étais présent avec vous et que j'avais besoin de vous, je n'étais à charge de personne ; car ce qui me manquait, les frères qui venaient de Macédoine m'en ont fourni ; et en toutes choses je me suis gardé d'être une charge pour vous, et ainsi Je me garde. ~ 2 Corinthiens 11:8-9

Ainsi, dans ce cas particulier, l'apôtre Paul avait d'autres congrégations qui le soutenaient alors qu'il travaillait temporairement à innover parmi les Corinthiens. Ce n'était pas de l'argent envoyé sous le contrôle d'un conseil missionnaire, avec des chaînes de contrôle attachées. Il s'agissait d'une offrande volontaire, avec confiance en l'apôtre Paul à utiliser sous la direction du Saint-Esprit. Et c'était une situation au cas par cas, car il y avait d'autres moments où les gens prenaient Paul chez eux et subvenaient à ses besoins pendant qu'il travaillait parmi eux. Et il y a eu d'autres fois où l'apôtre Paul a travaillé lui-même, pour payer ses propres besoins de soutien.

Mais ce qui ressort clairement de tout le Nouveau Testament (y compris les écrits de Paul), c'est que les gens qui ont reçu l'évangile dans les champs de travail missionnaires, nous apprennent tous à prendre leurs propres offrandes pour subvenir à leurs propres besoins ministériels locaux. À moins qu'il n'y ait un besoin spécial, une catastrophe ou une persécution, chaque congrégation locale devait prendre ses propres offrandes pour soutenir son propre travail local.

Il y a en fait un certain nombre de raisons spirituelles importantes pour lesquelles une congrégation locale, (peu importe qu'elle soit riche ou pauvre), devrait apprendre à subvenir à ses besoins sur une base régulière, grâce aux offrandes volontaires des membres de cette même congrégation locale.

Comme indiqué précédemment, l'offrande volontaire fait partie de la foi spirituelle de chaque individu, comme une autre façon pour eux de montrer leur amour, dévotion envers Dieu et son dessein. Cela les rapprochera de Dieu en tant que congrégation et les amènera à avoir une oreille plus attentive pour entendre les directions spécifiques que le Saint-Esprit a pour eux.

Des offres de soutien régulières provenant de l'extérieur de la congrégation locale auront tendance à créer une faible connexion spirituelle avec Dieu. Le ministère local et la congrégation auront tendance à se tourner vers cette source de soutien extérieure pour leur direction spirituelle, au lieu d'apprendre à attendre la direction du Saint-Esprit eux-mêmes.

Donc en résumé :

  • Toutes les offrandes, qu'elles soient considérées comme une offrande de dîme, ou une offrande spéciale, ou tout autre type d'offrande au Seigneur : doivent être faites par la foi, et de plein gré, du cœur.
  • Dans le don d'offrandes, aucun individu ne doit être comparé les uns aux autres, et aucune congrégation ne doit être comparée les unes aux autres.
  • Les membres de chaque congrégation locale doivent fournir des offrandes pour soutenir le travail local.
  • Les offrandes spéciales seraient généralement données et utilisées pour des besoins ou des projets spéciaux localement, ou dans d'autres endroits, y compris pour soutenir les besoins des : travailleurs missionnaires entrant dans un nouveau territoire, les catastrophes et les persécutions.

Laisser un commentaire

fr_FRFrançais